Action syndicale

Il arrive, le DNB de la réforme du collège

Il arrive, le DNB de la réforme du collège

Communiqué du SNFOLC

Le 6 avril 2017, le SNFOLC a été reçu à sa demande au ministère. Les réponses apportées confirment la nocivité de la réforme du collège, la remise en cause du DNB et la poursuite de la dégradation des conditions de travail des personnels enseignants.
Des compétences en lieu et place des notes
Le ministère confirme que l’objet de la réforme du DNB est de passer à l’évaluation des compétences par la suppression des notes du contrôle continu. Cependant, ils n’envisagent pas à ce stade un collège sans note, reconnaissant qu’il est impossible de mettre en place un tel système sans l’accord des enseignants.
A notre demande, le ministère précise qu’aucune pression ne devrait être exercée sur les enseignants pour abandonner les notes.
Pour le SNFOLC, la liberté d’évaluation est partie intégrante de la liberté pédagogique ; elle doit être respectée.
Bilans de fin de cycle : non à « l’usine à cases »
Cette année, seuls les bilans de fin de cycle sont obligatoires. Pour chaque élève de 6ème et 3ème, les composantes du socle doivent être évaluées par un des quatre niveaux de maîtrise. Pour le ministère, il s’agit d’une évaluation collégiale qui peut intervenir avant ou pendant le conseil de classe. Elle est validée par le chef d’établissement. Il n’est donc pas demandé aux enseignants de s’investir dans « l’usine à cases » mais de se mettre d’accord entre eux.
Pour le SNFOLC, cette évaluation ne saurait donner lieu à une inflation de réunions alors que d’ores et déjà les enseignants sont épuisés, asphyxiés par la réforme du collège.
Le SNFOLC a dénoncé les pressions faites pour obliger les enseignants à renseigner dès à présent le LSU et notamment les éléments travaillés car cela constitue une entrave supplémentaire à leur liberté pédagogique et un outil de contrôle permanent au moment où le projet de nouvelle évaluation des personnels enseignants est prévu pour la rentrée 2017 (lors du CTM du 7 décembre 2016, FO a voté contre).
Le ministère a donc dû préciser que le LSU n’est pas conçu comme un outil d’évaluation des enseignants, et qu’il ne sera pas à la disposition des inspecteurs. Le SNFOLC sera particulièrement vigilant à ce que le LSU demeure totalement dissocié de l’évaluation des enseignants.
Rémunérations en baisse pour les épreuves du DNB
S’appuyant sur les décrets Hamon d’août 2014, la note de cadrage du 15 décembre 2016 aux recteurs sur le DNB précise pour l’épreuve orale : « l’évaluation de cette épreuve orale entre dans le cadre des missions liées au service d’enseignement (article 1, point II du décret 2014-941 du 20 août 2014) et ne donne pas lieu à rémunération des personnels » !
Pour FO, même si sa passation est locale, la note obtenue lors de cet oral est une note d’examen qui compte pour le diplôme national. Communiquée avec les résultats finaux, l’épreuve doit donc être rémunérée. Les épreuves écrites ne sont pas épargnées de cette cure d’austérité puisque le ministère envisage, en raison de la nature des épreuves, différents degrés de rémunération selon le temps de l’épreuve.
Un brevet qui n’a plus de national que le nom…
Difficile pour le ministère de le nier : avec 500 points sur 700 attribués par l’équipe éducative du collège (maîtrise du socle sur 400, épreuve orale sur 100), le nouveau DNB ne laisse plus beaucoup de place aux épreuves terminales anonymes. D’ailleurs, si nous n’avions pas compris que le disciplinaire n’a plus rien à voir, il insiste sur l’importance « d’une évaluation bienveillante et les qualités de l’élève à mettre en avant lors de l’évaluation du socle ». Le but à peine caché est donc bien d’augmenter artificiellement le taux de réussite et le niveau. Le ministère répond ainsi à la note de la Direction de l’Evaluation, de la Prospective et de la Performance (DEPP) de mars 2017 qui souligne que les élèves qui échouent au DNB obtiennent des notes très faibles aux épreuves finales. En minorant leur poids, il avance vers les 100% de réussite (87,3% en 2016).
C’est ce même mépris de la discipline qui conduit à ce que, deux mois avant les épreuves écrites, les enseignants ne connaissent pas le contenu des épreuves et la meilleure manière d’y préparer leurs élèves. A ce jour, un seul « sujet zéro » est disponible ! En réponse, le ministère prévoit de publier sur Eduscol les sujets 2017 de Pondichéry…. « C’est une année de mise en oeuvre, la mise en place de la réforme du collège est complexe et prend du temps»… au détriment de tous, personnels et élèves !
La réforme du collège se heurte toujours au refus des personnels qui maintiennent leur exigence d’abrogation et continuent de résister à la mise en place de la réforme.
Cette réforme se traduit par une spectaculaire dégradation des conditions de travail, la mise en cause de la liberté pédagogique, un DNB qui marginalise les disciplines.

La revendication du SNFOLC demeure celle de l’ensemble des personnels :
• Retrait de la réforme du collège !
• Retrait du nouveau DNB et du LSU !

Syndicat National Force Ouvrière des Lycées et Collèges
Communiqué du 7 avril 2017

Mots-clefs :, ,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Dangerporno |
Chroniquesalgeriennes |
Ar'Color -Agence de co... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lepetitvionnais
| Democrature
| oualorsquoi