Action syndicale, Contributions

Mayotte: La grève est reconduite. La Réunion en grève aussi.

Mayotte: La grève est reconduite. La Réunion en grève aussi.

Nos collègues et l’ensemble des salariés de Mayotte semblent plus déterminés que nous. La grève générale continue, elle est reconduite. Peut-être avons-nous des leçons à tirer.

Communiqué de presse de l’Intersyndicale de Mayotte, Mamoudzou, 13 Avril 2016

fichier pdf C de P intersyndicale 13 04 2016

Du Snes de Mayotte:

Comme nous vous l’avions annoncé hier soir, notre mobilisation commence à faire bouger les choses. En effet, l’intersyndicale sera reçue vendredi matin à 10 H 30 au Ministère de l’Outre mer , en présence des 3 directeurs de cabinet des ministères concernés.

Nous vous demandons de ne pas pas relâcher la pression ; elle sera déterminante .

Pour demain, les consignes restent les mêmes : tous en grève et que tous les collègues qui peuvent se rendre près d’un barrage géré par l’intersyndicale rejoignent celui-ci. Nos collègues y sont très sensibles.

Thierry Wuillez et Rivomalala Rakotondravelo représenteront la FSU vendredi.

Le bureau du SNES Mayotte

greve mayotte

Image de http://www.cgteducactionmayotte.com/actualites/

Article publié par http://www.revolutionpermanente.fr/Mayotte-13-jours-de-greve-generale-dans-un-silence-mediatique-assourdissant:

Les habitants « d’Outre-Mer » ont l’habitude du mépris colonial des médias hexagonaux. Mais dans le cas de la grève générale mahoraise, en plein mouvement contre la Loi Travail, ce silence est évidemment très politique.

Léo Serge

Depuis treize jours les syndicats et travailleurs de Mayotte, ce département français depuis janvier 2011 situé dans l’Océan Indien dans l’archipel des Comores sont en grève générale illimitée. Les grévistes et les manifestants veulent… l’application de la loi, tout simplement ! Car si Mayotte est un département français, elle a le droit à un régime d’exception défavorable.

C’est la raison pour laquelle les travailleurs réclament, notamment, l’application immédiate et intégrale à Mayotte du Code du Travail de droit commun, l’application immédiate à Mayotte des Conventions collectives nationales de branches ayant cours en France métropolitaine, l’alignement immédiat des pensions minimum au même niveau que la métropole, le reclassement avec reconstitution de carrière reprenant en compte la totalité de l’ancienneté de services des agents concernés par les intégrations dans les fonctions publiques ainsi que l’alignement au niveau de la métropole de toutes les prestations sociales.

Ces revendications sont donc tout simplement des demandes d’égalité ! Car Mayotte est le département le plus pauvre avec un coût de la vie extrêmement élevé et une situation proprement coloniale, relevant de l’indigénat, puisque les habitants n’ont pas les mêmes droits que ceux de la métropole. On le voit dans l’usage de la violence, face aux grévistes et à leurs barrages, le pouvoir de la « République » sort les blindés, comme déjà en octobre-novembre (lorsque ce mouvement avait commencé, interrompu un moment par l’état d’urgence). En octobre la police avait tiré à balles réelles sur les jeunes mobilisés.

Rompre le silence sur la grève générale à Mayotte c’est une nécessité absolue, pour créer des solidarités et pour nous renforcer dans nos combats respectifs.

A Mayotte les syndicalistes ont érigé des barrages routiers. A Koungou, par exemple, les jeunes ont mis en place un barrage, expliquant qu’ils en ont assez d’attendre en vain les transports scolaires. Un autre barrage est en place à Bandrélé, tandis que la mairie a été envahie, dans le calme, par des jeunes. Pourtant, de tout cela, pas un mot dans nos journaux et médias métropolitains. Une raison supplémentaire pour populariser leur mouvement et que la méthode et la détermination des jeunes et des travailleurs de Mayotte nous inspirent à l’heure où va s’ouvrir un second round dans la lutte contre la Loi Travail.

 

Revue de presse du Journal de Mayotte:

A La Réunion, le BTP et peut-être les dockers dès demain mènent une grève qui s’enlise. A Madagascar, le nouveau Premier ministre continue de faire des vagues. La croissance de certains pays du continent montrée en exemple, et la compagnie Air Seychelles primée…

Des barrages, des bouchons et une grève qui s’enlise. Nous ne parlons pas de Mayotte mais de La Réunion également embourbé dans un conflit social dur.

La grève s’enlise dans le secteur du BTP paralysé depuis 5 jours. «Suite à l’échec des négociations ouvertes hier avec le patronat, les salariés ont érigé ce matin plusieurs barrages filtrants sur les grands axes routiers de l’ouest notamment au Port où la circulation est totalement bloquée depuis l’aube», indiquent nos confrères du Journal de l’île.

Avec 30 kilomètres de bouchon, la situation est «infernale pour des centaines d’automobilistes». Et «du côté des grévistes, on persiste et on signe», indique le JIR avec la ferme volonté d’obtenir gain de cause…

Suite de l’article ici: http://lejournaldemayotte.com/une/greve-dure-a-la-reunion-aussi/

 

Mots-clefs :, ,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Dangerporno |
Chroniquesalgeriennes |
Ar'Color -Agence de co... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lepetitvionnais
| Democrature
| oualorsquoi