Mieux vaut en rire...

La reine d’Angleterre contre la réforme du collège?

La reine d’Angleterre contre la réforme du collège?

Lu sur: https://dictionerfs.wordpress.com/2016/03/09/dictionerfs-inedits-la-reine-dangleterre-contre-la-reforme-du-college/#more-5378

LA REINE D’ANGLETERRE SERAIT-ELLE CONTRE LA RÉFORME DU COLLÈGE ? Elizabeth 2 Réforme 0 (TB ou Très British)

Le tabloïd latin Sol (inspiré de son équivalent anglais The Sun) a donné crédit, dans ses colonnes, à une rumeur persistante (ou selon les couloirs ministériels : un bruit de chiottes) : la reine serait contre la réforme du collège.

t

 

Hier, le journal a donc titré en Une : « Elizabeth II Réforme du collège 0 ».

Selon les informations du journal, lors de la préparation d’une J2 ou d’une J3 (God save the J !), la reine aurait déclaré que la réforme du collège allait dans le mauvais sens. Elle aurait alors entonné son célèbre  « Sauve-Queen-peut » ! (chant d’alerte qu’elle a entonné pour la dernière fois lorsque Lady Di fut victime, déjà, d’un socle et d’un pilier).

Ce Couronne fuyons ! qui a récemment étreint la reine a aussitôt été qualifié par les spécialistes de Breginit, en référence au Brexit, l’hypothèse d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne, ainsi qu’au nom regina, reine en latin.

Depuis longtemps, on savait la reine attachée aux gladiateurs et au monde antique. Le sort du latin au collège ne pouvait donc que la fâcher. Ce qu’on savait moins c’est que, depuis de longs mois déjà, la reine supportait mal la concurrence de cette réforme du collège qui couine et grince tout en se faisant aussi brumeuse que son Londres à elle. Dans un accès de blues de figure morale à zéro, la reine a signifié qu’elle n’était plus d’humeur à faire des maquettes.

C’est pas la réforme qui prend la reine, c’est la reine qui prend la réforme. Et la reine, ça lui a pris, comme ça, direct. C’est à Windsor que l’affrontement eut lieu. Queen Elizabeth vs Couine Réforme.

She says.

Elle, pourtant si réservée, a remué ses bijoux et fait soudain la bombe. Le lunch en a été tout défiguré. Le trône en grogne. Elle a laissé ses convives cois (what ?) et Buckingham Palace dément. L’Outre-Manche est outrée voire retroussée. La réception, conçue pour donner de l’autorité morale à la réforme, a accouché d’une déception. De quoi, autour d’une table, s’asseoir déçus.

Après avoir déclaré qu’elle ne comprenait pas la réforme (carrément !), elle aurait notamment sévèrement critiqué les groupes à 28 (en espagnol, par exemple). Rien de constructif à en attendre, selon elle.
Elle a ajouté que, à la vue de ces langues étranglées (latin ou allemand), il était de son devoir et de son honneur de rappeler ce qu’est être anglais. So british. Et, en substance, que l’Éducation était une question d’ambition et que cela relevait du scandale de se contenter de faire la charité pour des sans-ratiches (quel mot horrible !).

De mauvaises langues, bien vivantes, ont aussitôt moqué la reine et lui ont conseillé de s’occuper du Prince William, à deux doigts de redoubler sa couronne dans les stations de ski des Alpes.

Les rumeurs les plus folles ont couru sur le réseau. Dans un accès de démence karaokesque la reine, qui croyait qu’on lui parlait d’activités périscoplaires, se serait mise à chanter le ‘Yellow submarine’ des Beatles. Sans parler des menaces de maltraitance sur ces chiens qui auraient été proférées (The Queen can’t save the dogs).

L’affaire prenant de l’ampleur et mettant les formateurs en pleurs, la reine d’Angleterre est, depuis les faits, victime d’un rappel au neutre de la part du Ministère de l’Éducation.

À l’annonce de ces propos prêtés à la reine, des manifestants hostiles à la réforme ont défilé sous le slogan : « March, April, May Queen save Le Collège ! »

Mots-clefs :,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Dangerporno |
Chroniquesalgeriennes |
Ar'Color -Agence de co... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lepetitvionnais
| Democrature
| oualorsquoi